Emma Cardin “Je me sens légitime et assez forte pour mener mon projet à bien !”

Emma Cardin, jeune stagiaire à l’Infa d’Aurillac pour devenir Accompagnante Éducatif et Social et ex cavalière professionnelle, nous parle de son incroyable projet : ouvrir un centre basé sur l’équithérapie pour aider les personnes traumatisées. 

Bonjour Emma, peux-tu nous parler un peu de toi ?

Bien sûr ! Je m'appelle Emma, j’ai 24 ans et j’habite à Mauriac dans le Cantal.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ta formation à l’Infa et ton parcours professionnel ?

Oui ! Je réalise une formation d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES) à l’Infa d’Aurillac depuis décembre 2020. J’ai travaillé en apprentissage dans un EPHAD, puis j’ai fait un stage dans un foyer médicalisé et un atelier équin. Je suis une grande passionnée de chevaux, j’ai été éleveuse, cavalière professionnelle et groom international. Je termine ma formation en juin et j’ai hâte de pouvoir mettre en place mon projet en lien avec ma passion !

Alors justement, peux-tu nous expliquer ton projet en détail ?

J’aimerais ouvrir un centre pour aider les personnes traumatisées, comme les militaires, les policiers, les pompiers, etc. La structure serait basée sur l’équithérapie, autrement dit, le but serait d’apaiser les symptômes des personnes traumatisées en créant un contact et une relation de confiance avec les chevaux. On est très en retard sur ce genre de soins en France. Cela permettrait de participer à la formation et à la recherche médicale et psychologique. 

Comment ce projet a-t-il germé dans ton esprit ?

J’ai été moi-même traumatisée étant plus jeune par la maltraitance infantile. Maintenant, je veux aider les autres à surmonter leurs traumatismes !

As-tu déjà un nom et un lieu pour concrétiser ton projet ?

L’établissement s’appellera le centre de soins spécialisé Pegasus. Pour le lieu, c’est plus compliqué, j’aimerais m’installer au haras d’Aurillac mais pour l’instant c’est encore en négociation avec le Conseil Départemental, j’espère avoir une réponse d’ici cet été…

03- LOGO_BLEU & couleurs

 

Est-ce que tu as déjà réfléchi un peu au fonctionnement du centre ?

Tout à fait ! Je voudrais installer un pôle de thérapie avec des logements pour un accompagnement intense, autant au niveau médical qu’au niveau psychologique. Les personnes traumatisées devront s’occuper des chevaux, il y aura une séance par semaine d’EMDR (désensibilisation et retraitement de l'information par les mouvements oculaires) et des séances d'equifeel (guider un cheval tout en étant à pied avec une longe). L’objectif serait d’organiser cinq sessions d’une durée de huit semaines par an avec huit personnes par session. Bien évidemment, il faudrait également suivre les personnes après leur thérapie. Pour cela, je pense travailler avec un.e Assistant.e Social.e pour les aider à se réinsérer dans la vie professionnelle, et en partenariat avec ResilEyes Therapeutics qui propose une thérapie numérique pour poursuivre l'accompagnement des personnes après leur passage au centre.

As-tu déjà une idée précise de l’équipe à constituer pour réaliser ce projet ?

Au niveau de l’équipe, il faudrait trois Accompagnant.es Éducatif et Social, un.e Psychologue, un.e Secrétaire, un.e Psychiatre externalisé.e et d’autres corps de métier pour assurer la logistique. Aussi, il existe un lieu de recherche en psychologie et psychiatrie qui s'appelle le LAPSCO à Clermont-Ferrand, j’aimerais accueillir des étudiants de ce laboratoire dès que possible afin de remettre en question les pratiques internes, de réfléchir à leur utilité et de proposer des idées innovantes.

Quelles sont les valeurs que tu souhaites véhiculer à travers ce centre ?

Plusieurs ! Je souhaite que le centre s’inscrive dans une démarche de développement durable, valorisée par des labels tels que la Haute Valeur Environnementale ou le Label EquuRES (seul label de la filière équine). Je souhaite favoriser le bien-être humain et les interactions sociales en créant un pôle d'échange avec pour base les activités équestres (compétitions jusqu'au niveau national). J’aimerais aussi ouvrir le centre au territoire local en organisant des visites une fois par mois et en proposant des spectacles pour tous les âges, des conférences, des formations.

As-tu été accompagnée dans la construction de ton projet ?

Oui ! J’ai été accompagnée par un incubateur cantalien qui s’appelle Catapulte. C’est la meilleure chose qu'il me soit arrivée dans mon parcours de création ! Toute l'équipe a œuvré pour nous faire évoluer personnellement, individuellement, comme porteurs de projets. Ça a été beaucoup d'introspection et de remise en question personnelle, toujours dans la bienveillance, pour poser les bonnes questions et faire mûrir le projet. J'ai beaucoup appris sur moi même, j'ai pris confiance en moi et je me sens légitime et assez forte pour mener mon projet à bien, quoiqu'il en coûte, tout en mesurant les risques.

Ce projet doit représenter un certain coût tout de même ?

C’est certain ! environ 500 000€ pour la création et ensuite à peu près 300 000€ de frais annuels pour faire fonctionner le centre. Mon but est de proposer une thérapie totalement gratuite pour les traumatisés. J’aimerais que les frais soient financés par les mutuelles et les subventions de l’État. Aussi, le laboratoire pharmaceutique Dômes Pharma situé à Pont-du-Château a lancé un appel à projets pour financer des structures de médiation animale. Je suis en train de reprendre l'élaboration des dossiers.

Quand penses-tu que ton projet pourrait voir le jour ?

Dans l’idéal, j’aimerais que la première session soit en janvier 2023 !

On espère ! Merci Emma et bon courage pour ce joli projet !

Merci à vous !


Nous sommes là pour vous accompagner

Nous sommes disponibles du lundi au vendredi de 08h30 à 17h30 au 09 70 19 24 10 (service et appel gratuits). N'hésitez pas à nous contacter.